FÊTE 2009

NOTRE INTERVIEW DE SOPHIE
NOVEMBRE 2002
KEBEMER (Sénégal)

Tracto'Dak : Sophie, comment c'est passée ta rentrée des classes ?
Sophie :
Très bien cette année encore, grâce aux bénéfices de la fête africaine qui m'ont permis d'acheter pas mal de fournitures. Pour les classes d'initiations et CP chaque enfant a reçu 1cahier de devoirs, 1 cahier de compositions, 1 ardoise, 1 stylo et 1 crayon. Le taille-crayons et la gomme leur sont prêtés et récupérés chaque jour, pour ne pas être perdus et ainsi servir plusieurs années. Pour les CE1 et CE2 : 2cahiers (leçons et exercices) 1 ardoise, 1 stylo, 1 crayon et pour chaque groupe de travail : 1 règle, 1 équerre, 1 compas et 1 rapporteur, ramassés chaque soir. Les CM ont la même chose plus 1 cahier de rédaction. Cette année, j'ai pu acheter des livres de lecture. Ils sont loués aux familles 200 CFA (2 Francs) ; ils doivent me les rendre en fin d'année. Si je les donne, ils seront perdus. Avec l'argent récolté, j'achète de la colle qui servira pour les livres déchirés. Plusieurs fois dans l'année, j'organise des ateliers de réparation de livres, avec mes maîtres et maîtresses. Nous offrons les livres aux plus démunis et aux orphelins. J'ai également acheté des ardoises ; 2 par enfants car elles sont en carton et ne durent pas toute l'année.

Tracto'Dak : Quelle est l'évolution de l'école de Kébémer depuis quelques années ?
Sophie : Avant, les enfants arrivaient les mains vides à l'école, les familles devaient acheter les fournitures, (les enfants sans matériel étaient renvoyés chez eux jusqu'à ce que leurs parents le leur achètent) de ce fait la rentrée pouvait s'étaler sur plusieurs jours et nous commencions à travailler réellement au bout de quelques semaines. Maintenant, grâce à notre collaboration, dès le 1er jour, il y a distribution de fournitures et ainsi aucun enfant n'est renvoyé chez lui. Nous même, équipe enseignante, sommes plus motivés. Nous préparons notre rentrée une semaine avant les enfants pour arranger l'école, la nettoyer et organiser nos classes. Les parents sont contents, se sentent soutenus et du coup s'investissent pour les plantations dans la cour de récréation et l'entretien. Notre école est devenue " Classe verte " et " Ecole pilote " ; elle est visitée et sert d'exemple.

Tracto'Dak : Tout ça est très encourageant ?
Sophie : Les conséquences de tous ces efforts sont les suivantes : en 1995, nous avions 15% de réussite en CM2 et un taux d'abandon de 10 à 15% (surtout les filles dont les parents choisissaient de donner le matériel aux garçons). Depuis qu'il y a plus de matériel, le taux d'abandon est passé à 0 et il y a de plus en plus d'enfants inscrits. En 2001 le taux de réussite était de 96%, avec félicitations du président de la république et du ministre de l'éducation. Vraiment de quoi être fière.

Tracto'Dak : L'école de Kébémer est donc citée en exemple ?
Sophie : Oui, elle fait désormais partie des meilleures écoles du Sénégal et sa popularité fait tâche d'huile avec les 5 autres écoles de Kébémer qui copient en plantant arbres, fleurs etc… Quand je peux, je donne des fournitures aux classes les plus démunies, mais ce n'est pas toujours évident !

Tracto'Dak : A l'approche des fêtes de fin d'année, quelle ambiance à l'école ?
Sophie : Malgré une grande majorité de musulmans à Kébémer, les enfants connaissent le Père-Noël par les livres, mais ils n'ont pas de cadeaux et les tous petits pensent que le Père-Noël est blanc et donc qu'il ne donne des cadeaux qu'aux enfants blancs… !!!

Tracto'Dak : Nous pourrions prévoir un cadeau commun pour tous (des ballons de foot et cordes à sauter par exemple) et dire aux enfants que le Père-Noël est passé et a apporté ces jeux pour l'école. Qu'en penses-tu ?
Sophie : Ce serait une belle idée et une bonne surprise au retour des vacances de Noël. Le 22 décembre, et pour la 2ème année consécutive, j'organise une distribution des prix. A cette occasion, les peluches, jeux, livres et stylos que vous nous avez offerts seront remis aux enfants les plus " méritants " (selon la quantité de lots). Ce qui veut dire qu'une majorité d'enfants sera récompensée. Donc, pour eux, c'est déjà un peu Noël ! J'en profite pour remercier les enfants qui ont donné un jouet ou un livre, ils peuvent être sûr qu'il fera le bonheur d'un copain africain. Merci également à tous les parents et à la municipalité pour leur aide, ainsi qu'aux 3 institutrices pour l'échange entre nos deux écoles qui compte beaucoup pour nous. Notre devise " Aidez-nous à rester chez nous " est une évidence pour nous. Notre but est que nos enfants restent au pays et pour cela il faut leur donner toutes les chances et la possibilité d'étudier dans de bonnes conditions afin de trouver un bon travail plus tard et ainsi ne pas avoir envie d'aller chercher ailleurs. Pour notre avenir nous avons besoin d'eux !

Tracto'Dak : Merci Sophie et rendez-vous en septembre 2003 ?
Sophie :
C'est sûr, je serai là l'an prochain pour la fête africaine. Inch'allah !

La conclusion de Sophie
Le travail accompli est significatif, le chemin parcouru est important, les réalisations déterminantes. Mais loin de baigner dans l'autosatisfaction, l'ensemble des acteurs est conscient que l'amélioration des conditions de travail, la transformation positive du milieu scolaire, la formation d'élèves capables de réussir autre chose que lire et écrire seulement, ne saurait être une destination, mais un voyage sans fin où il faut sans cesse refaire le chemin pour rectifier la trajectoire. Le travail continue !

La conclusion de Tracto'Dak
Nous sommes fiers d'avoir pu apporter un peu d'eau à ce moulin.
Notre devise " l'aide directe et sans intermédiaire " a prit ici tout son sens.

SOPHIE DIEYE
Cases de lecture
Salles de classe
Accueil
Sites amis
Partenaires
Nous contacter
PHOTOS DE NOS VOYAGES
PHOTOS JOURNEES AFRICAINES
JOURNEES
AFRICAINES

SOPHIE DIEYE PERRET
Rencontre avec une institutrice

FÊTE 2010

hors du commun

Nous avons connu Sophie DIEYE, par l'intermédiaire d'une amie
" instit " qui correspondait avec elle. Lors d'un voyage de Christian en Afrique, en 1998, elle lui demande d'emmener des fournitures scolaires pour l'école de Kébémer au Sénégal, ce qu'il fît avec plaisir, et non sans promettre à Sophie de revenir l'année suivante.

La découverte d'une école différente
C'est lors du Dinan Dakar, en 1999, qu'il retourna à Kébémer, pour livrer de nouveau, des fournitures scolaires qu'il avait emmenées dans sa benne. Cette année là, les enfants et moi avons rejoint Christian à Dakar pour passer les fêtes de Noël ensemble ( et le cap de l'an 2000). Nous avons donc fait la connaissance de Sophie. Elle nous fit visiter son village, et nous expliqua tout ce qu'elle faisait pour son école.
Les 320 élèves à FATMA M'BAYE KEBE sont répartis dans 6 classes. L'école est jolie, très bien arrangée, il y a de grandes fresques sur les murs des classes et dans la cour 2 cases de lecture... et du sable !
Depuis 1 an, avec l'argent récolté des ventes d'objets artisanaux, Sophie a pu faire installer 2 WC. Et puis, la bibliothèque dont elle est si fière, il n'y a pas énormément de livres, mais c'est déjà très bien. Elle nous explique qu'elle loue les livres aux enfants (très peu cher, quelques dizaines de centimes), et l'argent lui permet d'acheter un peu de fournitures supplémentaires.
Quand Sophie a obtenu le poste de direction, les familles ne voulaient pas laisser leurs enfants dans une école dirigée par une femme, aujourd'hui l'école est pleine. Sophie a aussi donné la chance aux filles, en allant carrément dans les familles éloignées ou l'on donne encore très souvent la priorité aux garçons. Les enfants de là-bas n'ont vraiment pas grand chose, mais ils ont toujours le sourire et la joie de vivre. Les nôtres ont regardé et écouté attentivement tout ce que Sophie a expliqué, et ils ont bien compris les différences avec leur école. En y réfléchissant, je ne sais lesquels ont le plus de chance ! ! !
Sophie nous a reçus pour le déjeuner, et nous avons découvert le " poulet yassa ", excellent !
Nous avons ensuite regardé ensemble les cahiers et dessins que nous avaient donnés les enfants de l'école de notre village Anjou.

La venue de Sophie à Anjou

L'été suivant, nous avons accueilli Sophie pour quelques jours. A cette occasion, nous avons organisé une fête africaine, et les bénéfices de cette journée ont été donnés pour son école. La fête a super bien marché, nous étions tous ravis.
Nous lui avons fait visiter notre école, elle est venue dans chaque classe rencontrer les enfants, qui sont tombés sous son charme, elle portait un magnifique " boubou " noir et or. Elle leur a expliqué son école, ses élèves et leur façon de vivre et de travailler, elle leur a même dit que les enfants sots pouvaient recevoir des " fessées ", et ça… ils en sont restés bouche bée ! ! !
Ils ont posé pleins de questions auxquelles Sophie répondait toujours avec justesse et une gaieté communicative. L'après-midi s'est achevé avec un pot de l'amitié, ici fort bien nommé.

Durant plus de 12 ans nous avons soutenu cette école en organisant nos " Fêtes africaines " chaque année en septembre, toujours avec le même enthousiasme et grâce à la collaboration d'amis de l'association qui viennent chaque année, spontanément nous aider à faire en sorte que cette journée soit une vraie réussite.

Sophie vit désormais en France depuis plusieurs années, son action continue.
N'ayant plus d'ambassadrice sur place, nous avons choisi de soutenir d'autres associations qui oeuvrent pour des causes humanitaires dans notre région.

Sophie et Claudine devant l'école "M'Baye Fatma Kébé"
à Kébémer au Sénégal

Sophie

PRESSE
Une des 6 classes de l'école

Le stand Tracto'Dak avec Sophie

Cliquez ici pour d'autres images

Les toilettes refaites en 2005/2006 grâce à Tracto'Dak

2007
Nous avons participé à l'équipement en matériel et en médicaments de la nouvelle case santé

FÊTE 2008
STANDS TRACTO'DAK
HAUT DE PAGE